[le site de Fabienne Swiatly ]

La trace bleue ce n'est presque jamais l'encre.

DSCN3299

Comme ils m’écorchent les oreilles les gardiens autoproclamés de la Langue. Ceux qui aiment faire rouler le mot dans leur bouche et l'employer ensuite avec un "lan" qui semble baigner dans une sauce grasse et un "gue" qui suit en une brève érection. Une langue qui existerait en soi et dont eux seuls maîtriseraient l’usage. Comme si à l'origine du langage, il n'y avait pas des humains qui tentent avec les mots de fabriquer du bien commun. Leur Langue, c'est l'esprit qui vient directement s’exprimer dans leur bouche de sachant. Ils devraient pourtant se méfier, car il en est un qui a oublié de tourner sept fois sa langue dans la mangeoire avant d’avouer sa haine pour ceux qui viennent bâtardiser notre belle langue française, si lumineuse, si blanche. Il est parti langue pendante se faire oublier car même pas on lui a fait la grâce d'un bâillon. Il aimait pourtant bien délier sa Langue chez l'autre qui a obtenu voie libre sur la radio. Un gardien ou plutôt un châtelain, quelque peu solitaire et aigri, réfugié dans une forteresse de livres sérieux, car sa mère le priva, petit, d’accès aux bandes dessinées et à l'imagerie (que les mères peuvent être sottes parfois). Mais il lui arriva presque de sourire devant nos espoirs déçus d’une France black, blanc, beur et multi-langues. Alors quand je les entends avec leur Langue, j'ai l'impression qu'ils n'ont pas quitté le miroir, celui que j'embrassais gamine pour m'entraîner à rouler une pelle. J'avais si peur de me confronter à la langue des garçons que je préférais cet ersatz de baiser. Heureusement, j'ai osé aller vers l'autre, alors le mot langue me ramène à celles que j'ai invitées à rencontrer la mienne, les  joueuses et fines, les lentes et précises, les gourmandes et fouineuses et même celles qui savent se faire si délicieusement vulgaires. Des langues qui font oublier la mort. Alors ceux-là avec leur Langue en sauce, qu’ils se partagent la soupe car jamais, même les soirs de grande fatigue, ils ne m’ont donné envie de les inviter en moi, même pas à la lisière de mes fesses.