[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est l'ecchymose, douleur qui s'efface.

DSC09284

Une nuit d'alerte pour ceux qui viennent chercher refuge en France. Ce sera le 31 juillet au théâtre romain de Fourvière à Lyon. Une soirée pour fêter le soixantième anniversaire de la Convention de Genève qui a servi de base à la protection internationale des réfugiés. Un livre regroupant une soixantaine de témoignages sera publié à cette occasion par Forum Réfugiés, j'ai en charge la mise en forme de chacun de ces témoignages. Tâche troublante car à chaque texte, c'est un homme ou une femme qui raconte la violence politique ou économique qui oblige à quitter son pays et aussi sa famille. Puis, le voyage avec le passeur. L'arrivée et le choc. Une autre langue, une autre culture, un autre climat. Dormir dans la rue, manger avec les autres sans domicile et la longue bataille pour obtenir, peut-être, un droit d'asile. Le plus frappant, c'est l'ennui qui en découle. Comment occuper ses journées lorsqu'on n'a pas le droit de travailler, lorsqu'il n'y a pas d'argent, lorsque le logement est une chambre qu'il faut quitter chaque matin ? Et je mets au propre une fois, deux fois, dix fois, soixante fois cette même histoire et pourtant si différente. Et quand des réfugiés chiliens, ceux de la dictature de Pinochet, dès 1973, racontent comment ils on été reçus à bras ouverts par les Français et combien leur histoire nous concernait, je ne peux croire que la crise économique soit la raison de notre indifférence  actuelle ?  La soirée porte le très beau titre de La nuit d'après.