[le site de Fabienne Swiatly ]

La trace bleue ce n'est presque jamais l'encre.

DSC08592

J'étais dehors! L'expression la plus adaptée pour résumer ces derniers jours. En dehors de ma ville, en dehors de moi et tout simplement dehors parce qu'il faisait beau. Les mains dans la terre. Les mains sur l'arbre à l'écorce rugueuse. Les mains sur la bouteille d'eau, sur le verre de vin, sur le déclencheur de l'appareil photo, sur le livre de Raymond Carver où il supplie son éditeur de ne plus réécrire ses textes. Les mains loin du clavier. Très loin.
J'ai repéré, à proximité de mon nouveau chez moi, une usine de carton : Cascades. Depuis, je lui tourne autour, sans appareil photo pour l'instant. Mais cela va venir. Retrouver le chemin de mes obsessions usines. Demain retour à Lyon. Atelier avec les femmes de la Caravelle qui me servent le thé, me gavent de gâteaux et avec qui je ris beaucoup surtout lorsqu'on parle d'amour. L'amour du cœur et celui d'ailleurs (sic). Des femmes qui séduisent leur mari avec leur blalalala. Atelier  aussi avec les jeunes enfants du lycée Jean Moulin à Vénissieux où je leur apprends à écouter le bruit des pierres, la parole des fleurs, le dessin du ciel. Je vais y retrouver Mohamed qui n'aime rien et surtout pas le bébé que la maîtresse attend et Ali qui n'en revenait pas d'avoir écrit une phrase jolie. Et cette autre phrase énigmatique : Un tableau vert, un garçon qui brûle la porte du gardien et au centre une très très jeune femme aime les enfants...