[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est une trace venue s'installer en moi pour en faire de l'écriture.

DSC07799

Juste une photo. Rien de particulier à résumer ou beaucoup trop. L'écriture ailleurs que sur le site. Chantiers nombreux. Roman qui se finit : Unité de vie. Poésie qui se poursuit : J'ai beaucoup dansé. Écriture théâtrale qui a vécu une première étape de lecture au Théâtre de Vénissieux : Si tous les gaullistes se donnaient la main. Étoffer le contenu, radicaliser l'écriture. Espérer une résidence. Pas de propos précis. Juste la photo sur le périphérique de Marseille. Un classique, de soi dans le rétro de la voiture. Fin décembre. Lumières douces pour qui vient de plus au nord. Marseille, une ville que j'aime, même si je l'appréhende difficilement. Elle m'intimide. Se heurte à une accumulation de clichés. Une photo, donc. Il faudrait écrire sur d'autres lieux : Tunisie, Haïti, Côte d'Ivoire. Les lieux de l'actualité. Il faudrait écrire aussi sur ceux qui ont quitté le haut de la pile : les réfugiés, les sans travail, les sans argent, les sans abri, les sans espoir, les sans avenir... Mais j'ai mis la photo de Marseille et sur la table de travail les autres textes. Relire, corriger, écrire, penser à de nouveaux projets. Lire aussi le mode d'emploi du nouvel appareil photo. Se préparer un thé, écouter de la musique. Redresser la nuque, le dos. Souffler. Regarder la photo. Rétroviseur.