[le site de Fabienne Swiatly ]

L'encre du tatouage qui bleuit avec le temps.

DSC09062

En septembre cela fera trois ans que ce site existe. Même si j'écrivais déjà sur d'autres blogs et que l'internet m'était familier, j'ai mis du temps à me décider à créer le mien. A lui trouver une forme et à définir sa fonction. Je ne voulais pas d'un blog du type je donne mon avis (non avisé) sur tout, ni d'un site trop lourd à gérer. Bien des sites se retrouvent en jachère après un ou deux ans. J'avais surtout envie de donner à voir mes photos et à lire ce qui, avant, s'écrivait sur des carnets papier.  Je me dis que le nom de trace bleue me va toujours bien. Si ces derniers mois, j'ai manqué de temps pour nourrir les autres entrées, surtout celle des usines, j'aime ce rendez-vous. Et je voudrais, prendre le temps de remercier Monique Derudet qui a su créer un site à mon image et surtout adapté à mes  possibilités. Car avant de m'épater avec des effets et des logiciels, elle m'a longuement questionnée sur mes envies, mon temps disponible, mes allergies visuelles, mes compétences en informatique, etc. Et à voir comment j'utilise sans stress cet espace, je me dis qu'elle a su m'écouter. Cela méritait d'être redit : le site Netsucces ici

lien permanent

IMG 0365

J'ai beaucoup lu Raymond Carver -  J'aime le relire. Je ne connaissais guère sa vie privée. Alcoolisme et réécriture de ses textes par son éditeur s'associaient à son nom, sans que je sache si c'était rumeur ou vérité. Les éditions de l'Olivier ont entrepris une édition complète de ses nouvelles (à partir des textes originaux, c'est à dire sans réécriture par l'éditeur). Dans le premier tome, je découvre une lettre de Raymond Carver adressée à Gordon Lish où il ne demande pas mais supplie que l'on ne réécrive pas ses nouvelles. Une lettre déchirante  : Pour vous dire la vérité, c'est ma raison même qui est en jeu ici. Je ne veux pas en faire un mélodrame mais je suis revenu de la tombe pour me remettre à écrire des nouvelles. ... Vous avez amélioré un si grand nombre de ces nouvelles, Dieu sait, partout où la révision est restée légère, par petites touches. Mais pour les autres , pour ces trois-là, me semble-t-il , je risque de crever si elles sortent sous cette forme. .. .. S'il vous plaît faites le nécessaire pour arrêter la publication du livre.
Du coup, je regarde les anciennes éditions avec suspicion. Presque avec colère puisque la lettre envoyée par Carver, en 1980, n'a pas été suivie d'effets. Parfois le printemps porte en lui quelque chose de douloureux.

lien permanent

DSC08592

J'étais dehors! L'expression la plus adaptée pour résumer ces derniers jours. En dehors de ma ville, en dehors de moi et tout simplement dehors parce qu'il faisait beau. Les mains dans la terre. Les mains sur l'arbre à l'écorce rugueuse. Les mains sur la bouteille d'eau, sur le verre de vin, sur le déclencheur de l'appareil photo, sur le livre de Raymond Carver où il supplie son éditeur de ne plus réécrire ses textes. Les mains loin du clavier. Très loin.
J'ai repéré, à proximité de mon nouveau chez moi, une usine de carton : Cascades. Depuis, je lui tourne autour, sans appareil photo pour l'instant. Mais cela va venir. Retrouver le chemin de mes obsessions usines. Demain retour à Lyon. Atelier avec les femmes de la Caravelle qui me servent le thé, me gavent de gâteaux et avec qui je ris beaucoup surtout lorsqu'on parle d'amour. L'amour du cœur et celui d'ailleurs (sic). Des femmes qui séduisent leur mari avec leur blalalala. Atelier  aussi avec les jeunes enfants du lycée Jean Moulin à Vénissieux où je leur apprends à écouter le bruit des pierres, la parole des fleurs, le dessin du ciel. Je vais y retrouver Mohamed qui n'aime rien et surtout pas le bébé que la maîtresse attend et Ali qui n'en revenait pas d'avoir écrit une phrase jolie. Et cette autre phrase énigmatique : Un tableau vert, un garçon qui brûle la porte du gardien et au centre une très très jeune femme aime les enfants...

lien permanent

DSC03796

Peut-on se lever chaque matin avec en soi ces tiraillements qui voudraient ou pas une frappe aérienne en Libye, qui voudraient ou pas la destitution de Laurent Gbagbo, qui voudraient ou pas la constitution d'un front républicain, qui voudraient ou pas que DSK se présente aux élections ? On ne peut pas toujours vivre avec le poids du monde sur ses épaules. Il faut bien respirer. Créer des espaces disponibles pour réfléchir. Se sentir en lien avec ce mystère qui chaque jour fait exister le monde malgré nos tourments. Revenir à hauteur d'un vol d'abeille ou le déplié d'une fleur. Je suis affamée d'horizon, d'air qui circule, d'avenir à inventer... Cette faim m'amène, le plus souvent, à ouvrir des livres. Souvent les mêmes. Lointain intérieur d'Henri Michaux et ces mots tout de suite que je lis : Je vous écris du bout du monde. Il faut que vous le sachiez. Souvent les arbres tremblent. On recueille les feuilles. Elles ont un nombre fou de nervures. Mais à quoi bon ? Plus rien entre elles et l'arbre, et nous nous dispersons gênées. Est-ce que la vie sur terre ne pourrait pas se poursuivre sans vent ? Ou faut-il  que tout tremble, toujours, toujours  ? 

lien permanent

DSC08563

Déménagement. Tout le dedans des placards, des armoires, des tiroirs, des commodes qui se retrouve dehors. Le trop accumulé dont il faudra bien se défaire cette fois-ci, pas assez de place dans le camion. Quatrième déménagement en trois ans et toujours les mêmes papiers, livres, lettres, souvenirs que je ne parviens pas à jeter. Apprendre à se séparer, à s'alléger, ne plus s'encombrer. Donner, jeter, revendre... Je me le promets et repars tout de même avec les mêmes cartons  de tout et de rien qui se feront oublier dans la cave. Dans mon prochain livre qui paraitra en septembre, un passage raconte déjà la tristesse à vider un appartement, celle d'une vieille dame partie en maison de retraite : 
L'efficacité avec laquelle les objets furent triés, rangés et débarrassés nous laissa épuisés à la fin d'un week-end. Chacun repartant avec son misérable lot de souvenirs, les yeux rétrécis par une tristesse poussiéreuse. Et l'appartement vidé qui révélait le jauni des tapisseries, la saleté des recoins, l'inutilité des choses cumulées. Nous avion démonté le décor d'une existence, il fallait nettoyer maintenant. 

lien permanent

IMG 0007

Se tenir à distance de la conversation médiatique. Taire les noms qui circulent de plus en plus et veulent désigner un groupe imaginaire, celui qui serait coupable de nos maux "français". Trouver des mots qui entrent en action et se tenir au bon endroit. Refuser haut et fort la rumeur et ouvrir l'espace. Ne pas nourrir la chaîne de la peur. Mais les mots me manquent. Difficiles à convoquer sur la feuille. Mal au ventre. Comment endiguer la vague de fond de cette peur vile qui racornit le monde. Je vis dans un pays gris. J'y vis depuis ma naissance, je suis donc responsable aussi. Agir. Réagir. Les mots me manquent. Relever la tête. Sourire. Ne pas baisser la garde. Surtout pas. Pour ma prochaine résidence, j'ai proposé le thème : le rêve est-il soluble dans le présent ? Rêver. Élargir l'horizon, inventer plus loin que la rigueur et la peur. Pourtant il me semble, aujourd'hui, alors que le soleil nous ramène au printemps, alors que la semaine passée en famille fut légère, alors que je me sais aimée et aimante, il me semble n'avoir plus de mots pour me défendre. Pour nous défendre. Ma bouche est grise.

lien permanent

DSC08144

La classe n'est pas en silence, je rassure la prof, cela ne me gêne pas. J'arrive toujours, à un moment ou à un autre, à les ramener vers moi ou la page. Je comprends que cette agitation n'est pas tenable en cours, mais pour l'atelier cela donne parfois de l'énergie au texte. Et surtout je ne me vois pas hurler ou sévir. Propositions à partir de I Remember de Joe Brainard et de leur premier jour au lycée à Vaulx-en-Velin. Les mots fatigue, tristesse, décalage, peur dans leurs écrits, si peu souvent les mots de l'enthousiasme. D'abord Aissia que je vois écrire sans relever la tête, longtemps, concentrée malgré les bavardages des garçons : Je me souviens des chaussures du prof ; laides. Eux doivent se souvenir de ma chaise souvent vide. Le texte déplie ainsi solitude et dégoût. Puis Krestnik lit son texte avec un très léger accent et cette phrase que j'ai retenue : en Albanie, le maître du CM2 me donnait des claques, en France le maître m'a donné un stylo et des feuilles. Puis la sonnerie qui interrompt, envolée de jeunes vers le dehors. Certains disent au revoir.  Krestnik a oublié de me laisser son texte, je demande à la prof de le récupérer le lendemain. Elle me dit qu'il y a peu de chance qu'elle puisse, il passe en conseil de discipline ce soir et sera très certainement renvoyé. A moi de recevoir une claque.

lien permanent

IMG 0546

Vivre une révolution en direct - comme nous avons vécu les massacres en Bosnie, le Tsunami en Thaïlande, les tremblements de terre à Haïti... S'abreuver d'émotion. Partager le direct à l'abri derrière un écran. Bien sûr, je me réjouis (le mot est faible) pour ces peuples que nous avions pris l'habitude de regarder comme le décor de nos voyages, mais je me sens peu fière de notre (de ma) molle indignation face à nos élus qui semblent ne rien comprendre à tout ça, qui se précipitent derrière leur  propre écran pour nous parler d'autres choses. Non-ingérence, disent-ils. Et nous nous enivrons de Facebook, de Twitters, de mails - nos culs rivés à la chaise ou au fauteuil de bureau. Aujourd'hui, je me pose la question de savoir quelle implication j'ai dans ce qui se passe là-bas à Tunis et au Caire ? Il me semble n'être qu'une spectatrice de tout cela, enthousiaste certes, mais passive. Spectatrice, rien d'autre. Comment se fait-il que nous restions  à la fois si solidaires et inactifs derrière nos écrans ? La révolte de ces peuples, est-ce aussi notre histoire ? "Je nous cherche" est le thème de l'atelier que j'anime au NTH8. la question est à l'œuvre dans mon actualité. 

lien permanent

DSC06826

Le jus d'un texte. Un texte avec du jus. Texte habité. J'écris, je note, je réécris. Pas de jus. J'habite pas. Le mot jus, le mot habite. énervant. Je ne vais pas encore parler d'eux. Le père, la mère. C'est énervant. Écriture nerveuse sur le papier. Justifiée ici sur l'écran. Habité par son père, habité par sa mère. Bravo. Quel jus  ! J'ai dit déjà beaucoup et c'est pas tout  ? J'ai dit le plus facile. Le père, la mère qui n'avaient plus de jus. Arrêter. Les mots s'accumulent sur mon site, dans mes fichiers. Les mots s'accumulent partout. Beaucoup. Retenir quoi ? Dans les rues de Tunis, du Caire des mots simples qui terrorisent les auto-élus à vie. Alors mes petits mots sans jus. Creuse encore. Relis. Relis les autres. Jacques Dupin me hante. Non, il m'électrise. Il donne du jus. Vraiment bravo les mots. Je veux autre chose que les clichés. Les jeux de mots à deux sous. Je veux. Je veux le jus des mots. Se nettoyer. Lire quand l'écriture mollit. Lire. Lire Jacques Dupin : Écrire sans point d'ancrage, sans point de mire, risque absolu, espace ouvert... précipice de la langue

lien permanent

IMG 0421

L'envie d'un voyage d'écriture et de photos dans les lieux communs de ma vie : centres commerciaux, gares, cimetières, parcs, transports urbains, facultés, musées. Les lieux où l'on peut rester  sans se faire remarquer. Lieux communs dans le sens de lieux publics, lieux à tous. Regarder, noter et y rester au moins douze heures. Tenir un journal de bord. Première tentative ce matin. 6h, dans le matin froid qui est encore la nuit, je prends un premier tram vers Vaulx-en-Velin la soie. Puis un bus, jusqu'à Azieux, banlieue-est où les pavillons se construisent bien serrés, sans imagination, là où ce fut avant Les grandes terres. Dans mon sac à dos, un ticket Liberté un jour à 4,80 euros, mon portefeuille, une bouteille d'eau, un Opinel, de quoi écrire. Appareil photo (un compact) à la main. Et je vais ainsi me laisser transporter pendant 4h 30, dans le bus, le métro ou le tram. Je suis loin de mes 12 heures, mais je n'avais pas prévu un tel froid. Et le froid prend le dessus, impose son diktat, je tremble, je ne vois et n'entends plus rien. Je suis engourdie. Je pense à ceux obligés de dormir dehors par un tel froid. Insupportable. Sensation douloureuse. Je ne veux pas tomber malade. Alors je rentre chez moi, thé, bain bouillant. J'ai du mal à retrouver l'apaisement. Tentative ratée, même si j'ai accumulé pas mal de photos et de notes. Il faudra recommencer. Choisir un temps plus clément. Des vêtements adaptés. Le jour est coché sur l'agenda. Retourner dans les transports ou un autre lieu ?  Nous verrons. Le jour est retenu, c'est déjà ça.

lien permanent

DSC07799

Juste une photo. Rien de particulier à résumer ou beaucoup trop. L'écriture ailleurs que sur le site. Chantiers nombreux. Roman qui se finit : Unité de vie. Poésie qui se poursuit : J'ai beaucoup dansé. Écriture théâtrale qui a vécu une première étape de lecture au Théâtre de Vénissieux : Si tous les gaullistes se donnaient la main. Étoffer le contenu, radicaliser l'écriture. Espérer une résidence. Pas de propos précis. Juste la photo sur le périphérique de Marseille. Un classique, de soi dans le rétro de la voiture. Fin décembre. Lumières douces pour qui vient de plus au nord. Marseille, une ville que j'aime, même si je l'appréhende difficilement. Elle m'intimide. Se heurte à une accumulation de clichés. Une photo, donc. Il faudrait écrire sur d'autres lieux : Tunisie, Haïti, Côte d'Ivoire. Les lieux de l'actualité. Il faudrait écrire aussi sur ceux qui ont quitté le haut de la pile : les réfugiés, les sans travail, les sans argent, les sans abri, les sans espoir, les sans avenir... Mais j'ai mis la photo de Marseille et sur la table de travail les autres textes. Relire, corriger, écrire, penser à de nouveaux projets. Lire aussi le mode d'emploi du nouvel appareil photo. Se préparer un thé, écouter de la musique. Redresser la nuque, le dos. Souffler. Regarder la photo. Rétroviseur. 

lien permanent

DSC05132

La poésie avait un lieu au coeur du grand centre commercial de Lyon. Une salle où rendez-vous nous était donné par Patrick Dubost et ses invités. Les deux derniers invités auront été Charles Juliet et Bernard Noël, le 15 décembre. à l'initiative de la Cause des Causeuses. Puis, l'homme a été congédié, sans discussion ou rendez-vous préalable. Économie budgétaire, repli sur l'équipe interne. Sans douter des compétences des bibliothécaires (à la médiathèque du Bachut et celle du 2ème, Michel Reynaud et Béatrice Brérot se démènent pour qu'existe la poésie avec un budget minimum voire minimaliste. 5000 euros c'était le budget annuel pour rétribuer les poètes invités sur cette Scène, couvrir les frais de déplacement et rémunérer le travail de Patrick Dubost. C'est peu par rapport au budget global de la médiathèque. Supprimer un rendez-vous poétique, en plein milieu de calendrier, sans que le nouveau directeur n'ait rencontré l'intéressé, on peut trouver la méthode douteuse. Je dirais même peu humaine. Quelle était l'urgence ? Ce rendez-vous comme lecteurs, auteurs, usagers de la bibliothèque, on y tenait, on y venait en confiance car il y avait le savoir-faire de son organisateur. J'y ai fait des découvertes, des retrouvailles, parfois je m'y suis aussi ennuyée, cela fait partie de l'exercice. J'en ai été l'invitée et ce fut une chambre d'écho importante pour moi. Toujours, il y avait du monde.  Je ne désespère pas sur l'énergie que déploieront ceux et celles qui aiment, écrivent, lisent la poésie et que je croise, notamment au Cabaret poétique du Périscope. Un public varié en âge, ce qui est rassurant. Nous inventerons avec ou sans la médiathèque. Avec ou sans Bertrand Calenge, son directeur intérimaire. Mais nous ne céderons pas aussi facilement ce bout de territoire qui nous est cher, qui est notre espace à nous public et contribuables. La pétition est à signer ici et je sais que l'on dira aussi tous ces mots à voix haute, ici ou là.. Les écrivains ne se cachent pas toujours derrière l'écran ou la feuille. Pour plus d'infos, lire le site de Frédérick Houdaer.

lien permanent

DSC07884

Pour clore l'atelier du lycée professionnel Marc Séguin, avec l'enseignant, Samuel Delors, nous avons prévu une sortie avec lecture des textes au Kotopo, espace culturel international. Nous  avons choisi la Croix-Rousse dont  nous aimons l'esprit alternatif et ses ouvertures sur la ville.  Ils auraient préféré le centre commercial de la Part-Dieu. Groupe d'une vingtaine de gaillards qu'il faut tenir dans le métro surtout lorsqu'on croise un groupe de filles. On marche. Il trouve que la Croix-Rousse ça fait pauvre. Leur crainte souvent qu'on les stigmatise comme des pauvres, des exclus. On explique les démarches alternatives, la coopération, les Canuts et notre attachement au quartier... Leurs yeux nous quittent souvent pour regarder celui de l'écran du téléphone. Au Kotopo, lecture de leurs textes et la surprise des organisateurs qu'ils soient capable d'écrire des choses aussi fortes. Puis il est l'heure de repartir, je reste pour ranger les lieux. De la fatigue, du doute, les tenir en groupe n'est pas facile. Oui, je suis fatiguée. Quelque chose de serré dans la gorge. Denis m'offre un verre de vin. Peur de ne pas en avoir fait assez. L'envie de réparer le monde à moi tout seule. C'est idiot. Ouvrir quelques portes, c'est tout, et on ne peut obliger personne à y passer. Je ressasse la phrase de Yanis qui parle souvent la bouche en fermeture :  je voudrais que l'amour rencontre ma vie. Lui, non plus, n'imaginait pas écrire une phrase pareille. D'ailleurs, il faut cesser d'imaginer leur avenir, mais leur donner l'occasion de s'en inventer un. Le vin m'a fait du bien. 

lien permanent

pages 1 <- 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 (12) 13 14 15 16 17 18 19 20 21 -> 24
nombre de pages visitées: 1 | nombre de requêtes 12