[le site de Fabienne Swiatly ]

L'encre du tatouage qui bleuit avec le temps.

DSC 1359

Hverfjall. Marcher sur les hauteurs d'un volcan apparu il y a deux mille cinq cents ans. Gris anthracite. 1200 mètres de diamètre. Volcan près du lac Myvatn au nord de l'Islande. La pluie, le froid ont chassé nombre de touristes. Je marche. Ma fille me prend en photo. J'ai pris de l'avance pour ne pas avoir à parler. Marcher. Tourner au bord du vieux cratère. Des souvenirs s'imposent. Depuis que je suis en Islande je pense souvent à Dédé. Un des derniers pêcheurs d'Etretat. Dédé Vatinel qui a connu les tranchées de la guerre de 14, oreilles gelées. Pêcheurs sur une de ses barcasses qui avançaient à coups de rames. Six à bord. Pêcheurs normands qui relevaient les filets. Aucun ne savait nager. J'avais eu la grande chance de partir pêcher avec lui avant qu'il ne meure. On pouvait le voir assis avec son frère Ulysse sur le banc du perret, paletot bleu marine et béret assorti. Parfois il me racontait, la mer, le froid, la misère et les Parisiens. Ceux qui vivent dans les villas sur les hauteurs d'Etretat. Ses yeux étaient aussi bleus et ronds que ceux de certaines soles que nous remontions dans les filets. J'avance au bord du volcan et je pense à ces gens simples qui ont accueilli l'adolescente paumée que j'étais à l'époque. Je pense à eux. Je tourne rond.