[le site de Fabienne Swiatly ]

Le métallisé des eaux profondes, le bleu glacé des torrents.

P1000102 2

J’ai des énervements. De ceux qui vous saississent avant même d'y penser en profondeur. C'est tout de suite  là. Le ventre se serre, les lèvres se pincent et quelque chose démange les doigts.  Un  agacement ressenti à la lecture de Libération. Le journal organise un grand forum les 18 et 19 septembre sur le thème : 20 ans arprès la chute du mur ( de Berlin, je précise pour ceux qui auraient échappé à l'événement et à sa commémoration). Des thèmes aussi divers que le Zapping aura-t-il la peau de la civilisation ? Que reste-t-il des idéologies ? Comment gouverner à 27 ? La culture européenne nous réunit-elle ?... seront abordés. Sont invités à s’exprimer chercheurs, politiciens, écrivains sociologues, journalistes, êveques… Une grande diversité de penseurs, acteurs, édiles., militants associatifs.  Seule diversité à ne pas être représentée, celle des sexes. Au total 12 femmes pour 116 hommes. Malgré la diversité des corps de métier sollicité, seules 12 femmes auront la voix. C’est à dire 10 % des intervenants à un chouias près. C’est dire combien certains murs résistent mieux que d’autres. Et je m'en étonne (sauf bien sûr, avec l’église catholique qui depuis longtemps affiche une mysoginie assumée et peu contredite par ses ouailles. Relisant le journal, je constate d'ailleurs qu’il y a beaucoup plus d’articles signés par des hommes que des femmes. Je sais que mon propos va en agacer plus d'un, plus d'une. Pourtant, je crois important de signaler ce qui vient conforter mon inquiétude devant le recul des acquis pour les femmes - qui souvent est accompagné d'un recul des acquis pour les autres minorités (par minorité, je n'entends pas le nombre mais le fait d'avoir un accès réduit aux prises de décision). Déficit de médecins pratiquant l'avortement (les militants de la cause partent tous à la retraite), difficulté à garder son nom de famille après  le mariage, représentativité faible dans les instances politiques, femmes voilées sans visages, remise en question du planning familial,... A vrai dire je ne suis pas énervée, mais sérieusement en colère. Et j’espère, vraiment, que c’est un énervement qui peut se partager au masculin.