[le site de Fabienne Swiatly ]

Le fond d'écran de l’ordinateur qui aspire.

20190105 143148

J'entre dans le premier salon de coiffure près de chez moi quai Pierre Scize. Petit salon sans musique, sans radio, sans rendez-vous. Très vite je suis au chœur d'une pièce de théâtre, d'un moment de vie. Elle a 72 ans, se nomme Olga, son père était Géorgien. Elle a ouvert ce salon en 67. Arrive une copine et c'est elle qui me lavera les cheveux, arrive sa sœur jumelle qui balaie tout en racontant la mort de son mari, elle a été championne de France de bowling, arrive un jeune gars qui prépare le café pour tout le monde : Il a juste besoin d'un tour d'oreille. Les téléphones sonnent, n'importe qui répond. On fait des blagues à l'interlocuteur. Ça parle fort, de tout, de Macron, du film Leto, des bienfaits du gingembre, des changements dans le quartier, de la disparition du café Chez Paulette. Étourdissant et drôle. Elle me fait une jolie coupe. Je paie et je dis : A la prochaine en sortant. Olga est ravie : Oui à la prochaine.