[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est l'ecchymose, douleur qui s'efface.

IMG 7655

Dès le premier jour, il est désigné : Avec lui ce sera compliqué. Pourtant je ne veux rien savoir d'avance sur les élèves quand je commence un atelier, ni même après. Lui, donc. Plus grand que les autres et assis seul : Il n'écrira sûrement pas. Pourtant il écrit. Il écrit des textes qui répondent à la consigne, me photocopie un texte de science- fiction écrit à la maison où je trouve qu'il maitrise pas mal les dialogues. Puis un jour il me donne à lire une lettre. Une lettre que je ne dois transmettre à personne. J'en parle ici mais il n'est pas reconnaissable. J'en parle car ce qu'il me raconte est lourd à partager seul. Il m'explique les voix qu'il entend et aussi une personne qui se tient chaque jour à son bureau et lui parle à l'oreille. Une personne qui lui dit qu'il est l'élu. Il écrit  : Je tremble de vous écrire cela. Moi je tremble de le lire. Comment réagir ? A la pause, je vais le voir et lui dit que je comprends ce qu'il me dit. Que je crois ses voix qu'il entend Que ces voix sont réelles pour lui et que c'est terrible. Je lui demande s'il consulte un psy. Il me dit oui mais qu'il n'a pas confiance en lui. Je lui redis combien cela doit être difficile de vivre ainsi  mais que peut-être il faut en parler à d'autres. Qu'il peut mener une vie normal malgré tout, mais que oui c'est angoissant à trembler.  Je dis des trucs qui me viennent comme ça. Je lui raconte qu'à une époque de ma vie, comme jeune maman épuisée, j'entendais également des voix. Et que j'avais le sentiment que des snipers allaient me tirer dessus. Panique totale et je m'accrochais à n'importe quel passant, prétextant un malaise pour réussir à avancer dans la rue.. J'ai ajouté que j'ai fini par comprendre et éloigner ces peurs avec l'aide d'un psychiatre. Je dis au mieux de ce que je suis, de ce que je peux. A la fin de l'atelier il est sorti en discutant avec d'autres élèves. Il souriait. Je lui ai proposé de m'écrire encore s'il le souhaitait. J'espère que ma maladresse sera une forme de justesse.