[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est une trace venue s'installer en moi pour en faire de l'écriture.

DSCF2841

Cette bassine émaillée achetée dans un vide-grenier m'a donnée envie de me laver comme pendant mon enfance, celle dans la maison sans salle de bain où on se nettoyait dans la cuisine. Parce qu'il n'y avait pas de chauffage, pas d'eau chaude et peu d'intimité, j'avais pris l'habitude de me laver en privilégiant une partie du corps. Il y avait le jour des pieds, le jour des mains, des cheveux ... Je me lavais avec un minimum d'eau et dans une relation très lente et douce avec mon corps. Je m'attardais. Chez moi maintenant il y a une douche et c'est pratique mais, en retrouvant avec cette bassine émaillée les gestes d'avant, je me suis demandé pourquoi j'avais abandonné cette façon de me laver, de prendre soin de mon corps ? A quel moment, j'avais décidé que la douche c'était mieux alors que personnellement j'aime ce rapport à la lenteur et à la sobriété. La question n'est pas de savoir ce qui est préférable en général, mais pourquoi j'ai abandonné une pratique qui me plaisait et me correspondait ? Tout en laissant  mes pieds tranquillement reposer dans l'eau savonneuse, j'ai eu le sentiment que beaucoup de faits, de gestes dans ma vie n'étaient pas des choix individuels. Que je m'étais laissé imposer des pratiques au prétexte que c'était mieux, que c'était moderne, que c'était de gauche. Oui le mot de gauche est peut-être incongru ici, pourtant cela s'impose à moi depuis quelques jours, semaines, mois. Comment me défaire de l'habit confortable mais usé pour retrouver un chemin vers l'avenir. Pour agir. La gauche est morte, celle en laquelle j'ai cru en 1981 et à qui j'ai laissé trop souvent décider de mes choix. En disant ces mots, j'évacue la peur et une vaine colère. Je me débarrasse de mes vieux habits et je vais prendre le temps de renouer avec ce que je suis, et ce qui me donne envie d'être avec d'autres. Ne pas laisser l'aigreur s'installer en moi. Et, si le mot de gauche ne m'est plus utile, quels autres mots me viendront à l'esprit. J'ai envie d'aller sur le chemin en sifflotant ...