[le site de Fabienne Swiatly ]

L'encre du tatouage qui bleuit avec le temps.

IMG 1443

J'aime marcher au hasard dans Paris. D'abord le quartier des ministères avec ses rangées impressionnantes de scooters et de motos. Des hommes jeunes en costume de communion tant ils ont l'air à l'étroit dans leurs vêtements serrés, se croisent téléphone à la main. Cravates, oreillettes, cigarettes électroniques. Pas de sacs ou de serviettes. Quelques hommes plus âgés ont renoncé à l'étroitesse de la mode et marchent d'un pas plus lent. Les femmes portent tailleurs, cheveux longs et talons hauts. Les voitures ont la vitre fumeuse. Un monde très loin de moi bien que nous avancions sur le même trottoir. Je bifurque. Grand Palais, un groupe de manœuvres, tenue fluo, étalent de larges couches de goudrons sur un des accès du lieu. Ils font circuler avec rapidité et dextérité leurs seaux remplis de matière fumante. Une gestuelle joyeuse d'ailleurs ils accompagnent chaque mouvement de sons rauques, comme un chant. Je pense aux prisonniers noirs qui ont creusé les routes américaines. C'est étonnant. C'est rare. Je n'ai pas réussi à saisir cette chorégraphie urbaine avec mon appareil photo mais c'était bien là. Des hommes au travail qui font leur show pour les touristes qui d'ailleurs s’arrêtent un moment pour les regarder ou les photographier. Ils étaient beaux les gars.