[le site de Fabienne Swiatly ]

Les bleus de l'enfance parce que jouer peut-être dangereux.

DSC08123

Pérégrinations littéraires et poétiques dans le Haut Jura. Cette année je ne pouvais pas en être, dommage il faisait beau (vous pouvez le vérifier ici) Saute-frontière, association jurassienne qui, comme de nombreuses Maison de la Poésie, déploie une énergie formidable (avec seulement un poste et demi salarié) pour qu'existe la littérature sur tous les territoires d'une région. De beaux souvenirs en ce qui me concerne, ma lecture en compagnie du musicien Frédérick Folmer dans l'historique Maison du Peuple à Saint-Claude, d'Isabelle Pinçon lisant dans un four à pain cheveux mouillés, d'Emmanuelle Pireyre et son improbable chasse au lynx, de Jérémie Gindre face à une brouette-braséro, d'un horticulteur accueillant un repas sous sa serre et nous demandant, l'air timide, s'il pouvait lire un des contes qu'il avait écrit et tous ces paysages, carrières, ponts, rivières, chapelles, jardins privés ou publics où résonnèrent les paroles de Joël Bastard, Edith Azram, Sabine Macher... et que purent entendre aussi ceux passés là par hasard... Alberto Nessi llisant en italien dans un café associatif portugais... Tout cela résulte de l'opiniâtreté de nombreuses petites et "grandes" mains qui font fi de l'élitisme, du cynisme et s'obstine à croire que tout le monde a besoin d'un poète comme le suggère Philip Glass, musicien qui accompagna la lecture des textes d'Allen Ginsberg par Pattie Smith. Revenir à ce slogan que j'avais proposé pour réveiller les partenaires  : La poésie même pas peur !