[le site de Fabienne Swiatly ]

La trace bleue ce n'est presque jamais l'encre.

IMG 0010

Un samedi à Tinqueux, salle des associations, Patrick Dubost se prépare à une session slam. Quelques heures plus tôt, nous avons lu à la Maison de la poésie avec de nombreux petits en face de nous. Enfants assez attentifs malgré leur jeune âge. Pour le slam, je me contenterai de photographier. Qui sera le public ? Les autres lecteurs ? Nous n'en savons rien. Je n'ose pas me lancer sans savoir, même si je trouve important que des écrivains, des poètes viennent mêler leur voix à celle des plus jeunes qui portent parfois un regard étroit sur la poésie contemporaine. Leur donner à entendre une oralité qui ne se limite pas à la voix râpeuse des banlieues. Et ce soir-là, ils seront surpris des trois lectures proposées par Patrick. Certains viendront discuter avec lui et peut-être que leurs prochains écrits garderont la trace de ce qu'ils viennent d'entendre. Si je n'ai pas tout aimé ce que j'ai entendu pendant la soirée, je suis ravie de constater que des jeunes, et quelques moins jeunes, viennent un samedi en fin d'après-midi partager leurs écrits. Alors c'est le cœur léger que nous avons pu, à la nuit tombante, rejoindre la grande place de Reims à dix minutes de Tinqueux et partager avec une foule nombreuse la grandiose mise en lumière de la cathédrale qui fête ses huit cents ans. Certaines journées sont précieusement populaires.