[le site de Fabienne Swiatly ]

C'est le bleu changeant du ciel comme une fiction.

identite

J'ai beau frapper dur sur le clavier, seul le mou du texte s'affiche sur l'écran. S'obstiner. Je vais chercher dans la bibliothèque Antonin Artaud à la rescousse : On me parle de mots, mais il ne s'agit pas de mots, il s'agit de la durée de l'esprit. / Cette écorce de mots qui tombe, il ne faut pas s'imaginer que l'âme n'y soit pas impliquée. A côté de l'esprit il y a la vie, il y a l'être humain dans le cercle duquel cet esprit tourne, relié avec lui par une multitude de fils...  / J'ai choisi le domaine de la douleur et de l'ombre comme d'autres celui du rayonnement et de l'entassement de la matière. / Je ne travaille plus dans l'étendue d'un domaine quelconque. / Je travaille dans l'unique durée.

Sur mon bureau traîne ma carte d'identité et je me dis que dans notre pays, déjà on ne sourit plus. M'en fous, aujourd'hui, je danserai devant la glace. J'écouterai The Kills et redirai avec Artaud : toute la littérature est de la cochonnerie.