[le site de Fabienne Swiatly ]

La couleur absente de la Lorraine.

IMGP0026

Dans le cadre des Petites Fugues, j'ai rendez-vous avec un groupe de jeunes en insertion professionnelle et sociale à l'Epide de Belfort. Sous la tutelle du ministère de la Défense, près d'une centaine de jeunes volontaires viennent suivre des formations dans ce centre. Internat et uniformes obligatoires. Ils sont libres de quitter le programme à tout moment. Devant l'austère bâtiment et les uniformes qui donnent un air de détention au lieu, j'ai quelques hésitations, mais le dynamisme et la générosité de l'équipe, à tous les niveaux de la hiérarchie, m'obligent à changer de regard. Un groupe de volontaires a étudié Boire. Ils me lisent des extraits de leurs propres textes. L'échange est sympathique. Certains propos sur mon écriture me touchent par leur subtilité. A un moment, nous évoquons leurs envies, leurs rêves. L'un d'eux, un grand gaillard aux allures de garde du corps, me dit qu'il ne réalisera jamais son rêve, d'ailleurs un adulte le lui a dit. Je m'étonne et lui demande quel est son rêve ? Aller sur la lune ! Dans un premier temps, je réponds que personne n'a le droit de dire qu'il n'ira jamais sur la lune ou juste à côté. Que personne n'en sait rien. Puis je me souviens que dans mon sac, il y a le Manifeste du droit à être dans Lune. Comme un cadeau au présent. Ce recueil édité par le centre culturel de Tinqueux regroupe des textes d'écrivains, philosophes illustrés par le travail de plasticiens et photographes. Je lui montre la couverture d'un joyeux rose vif et  l'invite à en lire le titre à voix haute. Puis, je lis à tous un extrait que j'ai écrit et qui se termine ainsi : J'ai emprunté les droits de l'homme pour les intérêts de la femme / J'ai étendu mes espérances sur le fil des grands jours / J'ai dit nous et quelqu'un ma répondu / J'ai visé la lune, elle a de jolies fesses. Il y eu du silence, des rires, puis nous avons partagé un goûter. Dans la voiture, je me suis demandée quel intérêt, nous avions à assigner les jeunes à un avenir aussi étroit. Petit. Sans rêve. Un avenir dont nous-même ne voudrions pas. Heureusement la vie a bien plus d'imagination que nous.