[le site de Fabienne Swiatly ]

La trace bleue ce n'est presque jamais l'encre.

DSC05378

Certains mondes s'ouvrent à vous, subitement avec leur cohorte de vocabulaire spécialisé, parce qu'un examen oculaire dépiste dans votre œil droit une macula bombée dont vous ignoriez tout il y a quelques secondes encore. Dans un premier temps, j'ai pensé à la chanson de  Bashung : bombez les torses bombez, mais l'internet m'a soufflé une chanson un peu plus complexe. Ce défaut peut-être bénin ou le début d'une maladie dégénérative de la rétine. Ni moi, ni le médecin n'en savons rien pour l'instant. Il faut surveiller. J'ai oublié de demander si cela pouvait expliquer le côté penché de mes photos (je dois presque toutes les redresser dans le même sens et dans une même proportion), cela m'éviterait de me ridiculiser chez mon photographe. Oui,  je bombais moins le torse parce que mes yeux, tout de même, c'est mon outil de travail :  écriture, lecture, photo. J'ai été marcher dans le quartier parce un peu d'angoisse me lestait les jambes. Quand le tram est passé, j'ai fermé les yeux pour m'habituer, au cas où - c'est une maladie qui peut rendre aveugle - et j'ai senti sur mon visage le déplacement d'air frais qui faisait du bien à cause du temps lourd. Je ne voyais pas mais je ressentais. Alors je me suis dit qu'après tout, cela pouvait être une expérience constructive - j'ai été surprise par mon optimiste et de ma confiance. Du coup, j'ai  repris, bien fort cette fois-ci  la chanson de Bashung dont je me demande bien ce qu'il voit, lui, avec ou sans macula: bombez le torse bombez / prenez des forces, bombez / ça c'est my way.