[le site de Fabienne Swiatly ]

L'encre du tatouage qui bleuit avec le temps.

Biblio

 
Je suis abonnée au blog bibliobsession qui me donne  le vertige quand je le lis. D'abord la capacité à son auteur- bibliothécaire, de lire, digérer et restituer un nombre impressionnant d'informations concernant le travail en réseau à partir des outils informatiques. Un monde qui va vite  et qui parfois reste totalement obscur pour moi, non par manque d'intérêt mais mon disque dur personnel a du mal à graver ce que je n'utilise pas dans l'immédiat. Globalement, j'ai un cerveau surtout réceptif aux émotions. D'où ma difficulté à imprimer des chiffres ou des dates, j'ai essayé de multiples méthodes mnémotechniques, rien ! Comme je pense que les outils doivent rester des outils, j'attends qu'is s'adaptent à moi. Dès l'apparition des premiers ordinateurs (avec disquettes, codes d'accès en trois lignes et  mémoire limitée) j'ai regardé avec scepticisme mes copains (oui, que des hommes) se lancer dans des formations (apprentissage des langages informatiques) bien longues et compliquées qui furent très vite inutiles tant la technique a évolué vite. A l'époque, j'étais déjà convaincue que les outils finiraient par s'adapter à ma personne puisqu'il y aurait quelque chose à me vendre à la clé. Pour en revenir à notre obsédé  de bibliothécaire, je vous invite à consulter son site, pas seulement pour le vertige qu'il procure mais pour la somme d'informations passionnantes qu'il propose. Et ce qu'il nous donne à voir du travail en réseau possible et du nouveau métier des bibliothécaires. De nous questionner (avec ou sans inquiétude) sur notre rapport à l'information et à son mode de partage. Transversalité, rapidité des échanges. S'agit-il d'une mise en abîme des informations (puisque le flux ne s'arrête jamais) ou d'une forme de travail transversal (proche de l'idée du rhizome Deleuzien) riche en partage ? A voir comment internet effraie les dictatures et ravit le monde marchand, la question reste ouverte et passionnante.  Bibliobsession.net en un clic, ici.