[le site de Fabienne Swiatly ]

Le métallisé des eaux profondes, le bleu glacé des torrents.

DSC08553

Parce qu'il faut du rire aussi, de la légèreté, du ciel sans horizon pour traverser les jours. Il faut trouver de la force ailleurs que dans la confrontation avec le réel. S'oublier sans oublier. Taire un moment la radio, les journaux, la grande conversation à revirement des politiques, le bavardage des faits divers,  le flux heurté des mails. Reposer le lourd de certains livres. Faire taire ce qui autour de soi. Aspirer le ciel avec les yeux et se perdre avec les mots de  Patrick Chamoiseau : Quiconque combat les monstres doit prendre garde à ne pas devenir lui-même un monstre. Car lorsque tu regardes au fond des abysses, méfie-toi, les abysses aussi regardent au fond de toi.
Dire, je ne pars pas, mais je suis ailleurs. Je m'absente un court moment. Dans le bleu et le jaune. Retrouver la légèreté. Me délester de la fatigue du penser. Dire je vous ai quitté un court, très court moment. D'ailleurs vous n'avez rien remarqué. Je suis là à nouveau, j'ai échappé à l'instant. J'ai échappé à la fatigue. J'ai échappé à la nécessité de se dire.