[le site de Fabienne Swiatly ]

L'obstination du bleu Klein.

DSC04513

 

Le pied quitte la contrainte de la chaussure pour de nouveaux contours, liberté d'aller à nu. Mais si le pied perd la chaussure, le chemin se hérisse de cailloux. Le pied est sans protection. Avancer est un calvaire. Le corps quitte les vêtements, s’adonne à la lumière, existe avec sa part animal, mais si au corps est arraché le vêtement, il est à découvert. Aujourd'hui encore des voix ordonnent de tout quitter, jusqu’au dernier repli de tissu. L’ordre ne se discute pas. Chacun se défait et entre dans la file. Les yeux se baissent. Plus de regard chez celui qui subit la peur. Qui va vouloir défendre la chair au regard effacé ? Se mettre nu avant d’être mise à nu. Le voile n'y change rien et désigne plus violemment encore ce qui ne saurait être vu. (extrait de flagrants délits, chantier en cours). Photo arpino@swiatly.

lien permanent

DSC04728

5 jours de marche et d'écriture. 5 jours à clore les oreilles et les yeux à ce qui nous ramène à la boue des puissants, et tenter de voir autre chose pour rester furieusement vivant. Le texte de Jean-Pierre Spilmont qui tient une place singulière et forte dans cette avancée : Parfois, cela peut commencer par un regard / Celui que l'on porte sur ces gens / qui marchent doucement / et qui abandonnent derrière eux / des morceaux de phrases / Des mots qui se perdent au fur et à mesure / que s'éloignent les voix.

Et c'est comme si des paroles / flottaient encore dans l'air / longtemps après leur passage / s'entrecroisaient, se mêlaient à d'autres  voix / pour que l'on puisse  cueillir  / tous les mots abandonnés et les confondre / les enchevêtrer, les combiner entre eux / pour inventer une histoire. 

Un instant de sable - ed Terre d'écritures

lien permanent

IMGP2257

Période intense d'écriture - texte poétique en cours : J'ai beaucoup dansé. Depuis quelques jours, je me sens démunie avec le vocabulaire français, ainsi le mot corps qui s'impose et à qui je trouve difficilement des équivalents ou des synonymes. J'ai du mal à inscrire les nuances. Peu d'autres mots pour séparer le corps mort du corps vivant, le corps chaud du corps froid, l'enveloppe du contenu.  Et si j'arrive à disséquer le corps avec les mots de la science que faire de tous ces membres, ces viscères, ces muscles quand je tente d'évoquer le mouvement. Je me suis retrouvée en difficulté aussi avec le mot nuit : obscurité, ombre, crépuscule, aurore, aube...  peu d'autres mots pour distinguer le début de la nuit, la nuit noire, la nuit du matin, la nuit blanche, la nuit bleutée, etc... Alors il me faut convoquer les adjectifs dont chaque écrivain a appris depuis toujours à se méfier. Et aussi le verbe faire que j'ai tendance à utiliser trop souvent, mais lorsque je trouve un terme plus précis, il semble trop précieux, pas à sa place. Et le mot souvent très souvent dans mes textes. Et le mot aussi, sans parler du mot mot.  Oh et puis zut, les mots me barbent ce matin. Trop de transpiration ou plutôt de sueur. Je vais rejoindre les enfants dans la piscine et mettre mon corps au frais.

lien permanent

DSC03525

Quartiers sensibles. C'est le terme utilisé par les médias et dans les documents officiels. Sensible, c'est plutôt beau comme mot si on laisse s'exprimer l'émotion plutôt que la douleur. Quartiers sensibles où je vais régulièrement pour les ateliers d'écriture, les photos et le plaisir d'y retrouver des gens que je connais. Quartiers plutôt calmes, mais qui me ramènent à ce gamin qui pour tenir tête à une amie répond qu'il est de la racaille. Il a une dizaine d'années. Qui a pu lui mettre cette idée en tête ?  Un enfant ne s'assimile pas à de la racaille sans raison. Il ne lui reste peut-être que cela pour hausser la voix. Élargir la vision. Et peut-être qu'il a une tête de racaille puisque quelque ministre prétend pour sa défense que lui n'a pas une tête de fraudeur. Ce qui signifie logiquement que certains ont une tête de fraudeur, de voleur, de racaille. Et ils sont quelques uns à nous les montrer du doigt  ces gens-là : chroniqueur de télé, président énervé ou encore un philosophe qui a trouvé urgent de de donner son point de vue à la radio sur la dérive d'une équipe de foot : la faute à la caillera.  Il y avait urgence effectivement, les micros étaient ouverts. Alain Finkielkraut pour le nommer, est un philosophe. Une personne qui grâce aux mots et à la pensée doit nous aider à mieux saisir la complexité du monde. Donc voilà, c'est la France entière qui est en dérive et le mal vient de la banlieue. Oui, il nomme, désigne des territoires très différents avec un seul mot : la banlieue ; ajoute pour notre gouverne, et sa racaille : "l’esprit des cités est en train de dévorer l’esprit de la cité". Bien entendu la racaille est basanée ou noire, comme on veut, mais pas plus claire. Je me demande quel espoir il reste à ce gamin de dix ans si le philosophe l'enferme - à distance - avec quelques mots pauvres dans une banlieue stigmatisée. Prendra-t-il un jour le chemin des banlieues le philosophe ? Il constaterait qu'elle est immense, multiple et sensible. Oui, mais le philosophe est pressé, il doit donner son point de vue sur le foot. Il n'a guère le temps de se rendre dans les quartiers-là et puis trop de racaille. Alors nous avons fait la fête sans lui

©patrickArpino

lien permanent

DSC04203

affamée / tu cherches de la farine / dans les côtes du vieux moulin / à quatre pattes / tu grattes avec ta langue / tu souffles dans les fentes / tu goûtes les planches âpres / le visage de plus en plus enfariné / l'histoire devenant ronde / le corps entier s'allonge sur le sol / retrouvant le passage 

lačna /  iščem moko / v rebrih starega mlina / po vseh štirih / praskam  z jezikom / piham v razpoke / okušam hrapave deske / obraz je vse bolj prašen / zgodba postane okrogla / s celim telesom ležem na pod / najdem prehod

La nuit remue ; et les mots nous tiennent debout jusqu'au soir. Des voix très différentes qui s'écoutent se disent, se contre disent aussi. Avec Mateja Bizjak nous lisons, elle en slovène, moi en  en français, son texte Alice aux mille bras.  Ici des photos des autres lecteurs de la Nuit.

lien permanent

DSC04122

Les bonnes intentions ne font pas les bonnes inventions. C'était mercredi soir, place Saint Sulpice avant l'ouverture du marché de la poésie. Dans les cabanes dites des poètes, on se sent bien seul à devoir affirmer la poésie, la littérature dans le désordre de ceux qui viennent là avec peintures  légères, chaises pliantes, bouts de films, bouts de nappe, bouts de textes, de quoi boire et surtout de quoi élever la voix pour attirer vers soi ceux qui trainent là par hasard ou pour de bon. On croise des auteurs qui ont hésité à investir le lieu et que l'on sent soulagés d'avoir dit non. On est triste dans sa cabane pourtant le livre que l'on montre est beau mais la peur de le tâcher avec les verres au-dessus penchés. La poésie a  le droit de boire, certes, mais il faudrait d'abord l'entendre. Décalage dans ce fourre-tout. Confusion des genres, je perds la voix, je perds l'envie. J'ai honte un peu d'être là, à ne rien savoir faire dans ce désordre triste et vain. Puis je pense à demain quand j'entendrai le texte d'Arnaud Maïsetti qui ainsi commence : Et je me tiens debout, je n’ai pas besoin d’autres armes que mes jambes bien plantées sur le sol droit et horizontal ;

lien permanent

P1010902

Lumière terne dans la pièce où j'écris pourtant le ciel est changeant. Attire l'orage. J'écris avec le bruit des travaux dans la rue et la station service où régulièrement des conducteurs s'engueulent. J'écris et cela n'avance pas. Quand je sens trop de mou dans ma phrase, je viens me réveiller sur le site d'un tel ou un tel. Découvre celui d'un homme sans réseaux, Jean-Baptiste Monat et cette phrase de lui qui me va : attendre sous la pluie de feu qu'une dent pousse. Il habite Lyon et sera sur la scène Poétique de la Part-Dieu le 16 juin et moi, je serai à Paris au Marché de la poésie pour présenter le livre Sublime Obscène dans une des nombreuses petites cabanes qui sont mises à disposition des poètes, à qui l'on demande de plus en plus de faire spectacle. Donc je n'entendrai pas la voix de JB Monat, mais peut-être qu'aujourd'hui, regardons-nous avec la même mollesse ce ciel qui ne vient pas. En attendant le miracle du vivant, il est l'heure de retourner à ce qui ne s'écrit pas.

lien permanent

DSC02605

Invitée à une rencontre littéraire par l'association Des auteurs aux lecteurs, je passe un week-end à Marseille, ville qui m'attire et m'intimide. La violence du soleil, des bruits, du Mistral viennent dialoguer tout en contraste avec ma peau fragile et mes yeux clairs. Clichés contre clichés, à Marseille, je me sens foncièrement une fille de l'est. Deux jours dans la ville qui éveille de nombreuses questions en moi. J'aime sa force érotique. Exceptionnellement je ne tourne pas mon regard vers la mer, mais dans les quartiers au nord de la Canebière. Envie de prendre des photos. Je bannis la couleur de mes réglages, le ciel y imposerait trop de bleu, ce bleu du ciel que j'ai de plus en plus de mal à supporter dans les images numériques. Va-et-vient d'abord sur la Canebière. Je cherche à cerner la foule. Isoler une photo n'apporte pas un rendu intéressant, c'est le nombre qui fait l'intérêt. Trouver un montage sur un format A3 ou plus grand. J'aime ici ce visage tourné vers moi, qui suggère une histoire.  Dans le quartier qui longe le cours Julien, je prends en photos le haut des maisons, des rues. Je tiens l'appareil à bout de bras, ce qui me vaudra un mal de dos assez tenace pendant la nuit et quelques déceptions quand j'importerai les images sur mon ordinateur. Tant pis. J'en garde quelques unes pour mémoire, je devrais  retourner  à Marseille en septembre. Tenter une nouvelle fois la foule et les bouts de bras. 

lien permanent

P1020268

On a prévu un pique-nique au bord de l'eau. Le soleil est au rendez-vous. On a réuni la famille et préparé les salades. C'est une journée comme dans les livres de Philippe Delerm. On a trouvé une place à l'ombre et étalé les serviettes. Des bières fraiches et des fraises que l'on mange nature. On joue mal au badminton mais on rit. Puis il y a le tour en pédalo et la tournée de glaces. Il y a ceux qui trouvent l'eau trop froide et ceux qui se jettent sans un frisson, la glace des petits qui coule sur la peau, la crème solaire qui sent le monoï, les photos que l'on prend avec le portable. Bien sûr, il y a aussi celle avec du chagrin encore dans les yeux, celui qui ne sait pas comment s'assoir confortablement, celle qui a du mal à oublier son téléphone, celui qui baille le regard perdu sur la montagne qui cerne le lac. C'est une bonne journée tout de même. Le soir, on rentre dans le ralenti des embouteillages, le visage un peu rouge du trop de soleil et les cheveux qui sentent l'eau glacée. On dépose les uns et les autres, le cœur un peu serré. On se sent comme dans cette chanson de Gainsbourg chantée par Birkin : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve

lien permanent

P1010924

Ateliers à Bron, préparation d'une résidence à Vénissieux... je suis amenée à prendre souvent les transports en commun qui portent bien leur nom, celui du déplacement collectif. Et ce constat que les étrangers vivent à l'extérieur de Lyon. Plus le tram ou le bus s'éloigne du centre, plus je vois monter des noirs, des Maghrébins, des Turques. Ce n'est pas la couleur qui me fait dire qu'ils sont étrangers mais le langage qui s'échange avec un voisin ou par le téléphone. Mes questionnements à ce moment-là s'inscrivent dans bien des lieux communs de notre époque : le port du voile, l'intégration, l'apprentissage de la langue... Je me sens un peu ailleurs, je ne fais que passer.  Et aussi pendant le trajet, une scène qui ramène au fait divers, une femme très excitée qui s'énerve contre le chauffeur qui ne veut pas s'arrêter à sa demande. Un peu de peur que cela ne dégénère. Je suis dans le vif du sujet. Ce sont les mots que j'ai écrits sur mon carnet. A Bron, au centre d'hébergement Hélène Boucher, je rejoins Joseph le Rwandais, Nicolay le Russo-arménien et Fakhera l'Afghane dans la  salle de Forum Réfugiés, atelier d'écriture. Et ce texte produit ensemble et qui me ramène à mon bus et à ma distance : Je voudrais dire que la France est un pays magnifique / Je voudrais dire ce que je ne sais pas / Je voudrais dire que je suis loin de moi-même / C'est dur à dire les gens autour de toi qui te regardent toujours comme une étrangère / C'est dur à dire que je me suis perdue dans un pays inconnu / Parfois juste à côté, c'est loin.

lien permanent

DSC02311

Nature morte. J'ai pensé cela en regardant la table que tu venais de quitter sans finir ton assiette. J'ai regardé ce qui restait devant moi. Tu avais envie d'être ailleurs, de te vivre ailleurs, c'est normal tu es si jeune. Je suis restée devant ton absence et j'ai pensé, on dirait une nature morte et j'ai été chercher l'appareil photo. Saisir cela : la banalité d'un repas du soir, même s'il y avait la volonté de cuisiner. Crevettes, nouilles chinoises, sauce citronnée. C'était bon. Mais tu avais autre chose à faire et... Pourquoi les mots de nature morte me sont-ils venus ?  Ce qui désigne en peinture, il me semble, des mets ou des fleurs sur une table comme oubliés, raisin, pommes, verres vides ou presque, un animal tué parfois... du périssable. Et mon incompréhension souvent devant de tels tableaux.  La photo saisit vite un telle composition, mais  un peintre doit se confronter longtemps à cette vision. Exercice d'observation ? Mortification ?  Nature morte. J'ai pris la photo. J'ai saisi cette nature morte et je l'ai mise en ligne, puis j'ai pensé  que peindre ou photographier une nature morte, c'est être affreusement en vie. Alors c'est quoi qui se meurt ?

lien permanent

DSC02165

Dans l'élan de ma future résidence d'écrivains à Vénissieux, j'ai profité d'un  temps moins fade que ces derniers jours pour prendre des photos. Inspirée par Un livre blanc de Philippe Vasset, j'ai acheté une carte IGN qui précise la ville en d'autres termes que les noms de rue. Je me laisse tenter par le virage de la femme morte, accessible en métro, pas loin de l'usine Renault Trucks et la cité Berliet (d'autres photos sur ma page Obsession Usine). Je me souviens d'une époque où il y avait là une boite  de nuit, Le Truck où j'ai pas mal trainé, surtout pour Robert Lapassade qui avait une des plus belles voix soul blanche que je connaisse. J'ai encore dans ma cédéthèque ses albums avec le groupe Snapping boys ou sous le nom Lapassenkoff. Où était exactement cette boîte ? Je longe des murs, ne reconnait rien, c'était en tout cas à l'époque où j'avais l'âge de me coucher à l'aube et me lever à peine plus tard pour  le boulot. La vie se dépliait la nuit.
Je longe encore des murs recouverts de peintures qui viennent cacher les revendications des ouvriers. Coups de rouleaux rapides sur les slogans (faire place net) mais parfois les mots  s'obstinent. Palimpsestes du gagner plus ou du travailler mieux. Il semblerait tout de même que les murs se soient tus depuis un bon moment, même s'il y a quelques semaines, près de 300 salariés de Renault se sont mis en grève. Aujourd'hui c'est congé. Les portails son fermés, tout est calme. Il y a, pas loin, de coquettes maisons construites, je suppose, à l'époque où l'ouvrier profitait des jours de repos pour  se bâtir un chez soi. Les permis de construire, même si leur création date de 1902, étaient beaucoup plus souples que maintenant et ne favorisaient pas seulement l'irruption des cités malabars avec leur magnifique camaïeu de crépis orange-rose.

lien permanent

Biblio

 
Je suis abonnée au blog bibliobsession qui me donne  le vertige quand je le lis. D'abord la capacité à son auteur- bibliothécaire, de lire, digérer et restituer un nombre impressionnant d'informations concernant le travail en réseau à partir des outils informatiques. Un monde qui va vite  et qui parfois reste totalement obscur pour moi, non par manque d'intérêt mais mon disque dur personnel a du mal à graver ce que je n'utilise pas dans l'immédiat. Globalement, j'ai un cerveau surtout réceptif aux émotions. D'où ma difficulté à imprimer des chiffres ou des dates, j'ai essayé de multiples méthodes mnémotechniques, rien ! Comme je pense que les outils doivent rester des outils, j'attends qu'is s'adaptent à moi. Dès l'apparition des premiers ordinateurs (avec disquettes, codes d'accès en trois lignes et  mémoire limitée) j'ai regardé avec scepticisme mes copains (oui, que des hommes) se lancer dans des formations (apprentissage des langages informatiques) bien longues et compliquées qui furent très vite inutiles tant la technique a évolué vite. A l'époque, j'étais déjà convaincue que les outils finiraient par s'adapter à ma personne puisqu'il y aurait quelque chose à me vendre à la clé. Pour en revenir à notre obsédé  de bibliothécaire, je vous invite à consulter son site, pas seulement pour le vertige qu'il procure mais pour la somme d'informations passionnantes qu'il propose. Et ce qu'il nous donne à voir du travail en réseau possible et du nouveau métier des bibliothécaires. De nous questionner (avec ou sans inquiétude) sur notre rapport à l'information et à son mode de partage. Transversalité, rapidité des échanges. S'agit-il d'une mise en abîme des informations (puisque le flux ne s'arrête jamais) ou d'une forme de travail transversal (proche de l'idée du rhizome Deleuzien) riche en partage ? A voir comment internet effraie les dictatures et ravit le monde marchand, la question reste ouverte et passionnante.  Bibliobsession.net en un clic, ici.  

lien permanent

pages 1 <- 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 (15) 16 17 18 19 20 21 22 23 24
nombre de pages visitées: 1 | nombre de requêtes 12